Livraison offerte à partir de 30€

Le thé noir

 

 

 

 

 

Ici nous allons vous présenter les origines et l’histoire du thé noir. Faites-vous couler un bon thé, asseyez-vous confortablement et c’est parti pour un peu d’histoire.

 

 

 

 

 

Les origines du thé noir remontent à la fin du XVIème siècle en Chine, vers l’an 1590 dans la province de Fujian. Le thé noir aurait été rapporté ensuite au XVIIème siècle de la Chine vers l’Angleterre à Londres en 1645. Les Anglais auraient beaucoup apprécié le goût qu’ils se lancèrent dans la production de thé noir au XIXème siècle. Aujourd’hui, le thé noir est connu et reconnu à travers le monde.
Pourquoi l'appelle-t-on « thé noir » ?
D’après la légende, lorsque les cargaisons de thé auraient été ramenées depuis la Chine vers l’Angleterre celles-ci auraient moisi lors du voyage et les feuilles de thé seraient passées du vert au noir. Appelé « thé rouge » par les Chinois en raison de l’infusion qui tire sur les tons cuivrés, le thé noir s’appelle ainsi à cause de l’oxydation complète qui donne à la feuille une couleur allant du marron foncé vers le noir.

Les bienfaits du thé noir :

Il nettoie l’organisme et facilitent la digestion, notamment le soir après le dîner, permettant d’équilibrer la flore intestinale.

Il réduit le cholestérol, grâce à sa teneur en polyphénols. 

Il agit comme une barrière protectrice contre les radicaux libres et limite ainsi le risque de tomber malade car il est riche en théaflavines, une catégorie d’antioxydants.

Les étapes de fabrication du thé noir

Si tous les thés sont issus du théier (camellia sinensis), leur différence est provoquée par le degré d’oxydation. L’oxydation est le procédé naturel selon lequel une plante une fois cueillie, va peu à peu se faner. Dans le cas du thé noir, l’oxydation est menée jusqu’à son terme. La production du thé noir se fait en six étapes : 

Le flétrissage, c’est à dire déshydrater les feuilles de thé noir pour qu’elles gagnent en souplesse et ne soient pas déchirées lorsqu’elles sont manipulées. 

Le roulage, c’est à dire le but de rompre les cellules des feuilles de thé noir pour en libérer les enzymes renfermées, et ainsi, faciliter les réactions lors de l’oxydation. Plus les feuilles seront roulées, plus rapide sera l’oxydation et plus fort sera le goût du thé noir. À l’inverse, moins les feuilles seront roulées, plus léger en goût les feuilles seront.

Le criblage, c’est-à-dire le processus qui consiste à séparer les morceaux de feuilles de thé noir. 

L’oxydation, c’est-à-dire, l’étape clé qui déterminera la qualité du thé noir. Contrairement au flétrissage qui vise à assécher les feuilles de thé, le but de l’oxydation est de maintenir leur taux d’humidité pour obtenir le résultat désiré en termes de couleur et de goût.

La torréfaction, c’est-à-dire sécher les feuilles immédiatement après l’oxydation, à environ 90 degrés entre 15 et 20 minutes.

Le triage, c’est-à-dire le triage des différents grades des feuilles déchirées et entières.

Les variétés de thés noirs

Il existe six variétés de thé noir :

 

Le thé noir Earl Grey, thé noir à la bergamote emblématique de l’Angleterre qui était traditionnellement servi lors de dîners ou lors du « Tea-time » réunissant la haute société londonienne. La recette fut créée vers le milieu du XIXème siècle et figure aujourd’hui parmi les plus consommées au monde.

Le thé noir English Breakfast, issu du mélange du thé noir Yunnan de Chine et du thé noir Assam d’Inde. C’est la boisson par excellence pour vos petits-déjeuners.

Le thé noir Ceylan, désignant le thé noir du Sri Lanka (autrefois appelé Ceylan). L’île ne produit quasiment que cela et exporte près de 95% de son thé.

Le thé noir Yunnan, qui se rapporte à la province chinoise où il est cultivé en altitude, dans un climat chaud et humide.

Le thé noir Pu Erh, thé noir post-fermenté c’est-à-dire que le processus de fermentation a été accéléré. Il tient son nom de la ville de Pu Erh dans la province Chinoise de Yunnan. Il présente des qualités nutritionnelles bénéfiques pour l’organisme et pour la flore intestinale.

Le thé noir Darjeeling, le thé noir de prestige. En effet, la consécration a été marquée le 20 octobre 2011 en désignant l’appellation Darjeeling “Indication géographique protégée” (IGP). Un grand pas pour le thé. Il est connu pour ses puissantes notes végétales ce qui en fait le “champagne des thés” en raison du niveau de prestige qu’il a atteint.

 

Le thé noir possède une variété de palette aromatique très large, ce qui permet de le décliner et l’associer de différentes façons. Que ce soit le matin sucré ou non avec des touches de lait ou citron, tout au long de l’année aux fruits ou l’hiver aux épices et boisés

Comment conserver le thé noir ?

Pour conserver tous ses arômes, il est recommandé de conserver le thé noir à température ambiante dans un endroit sec et à l’abri de la luminosité.